Le constructeur automobile américain Ford Motor Company a annoncé, dans un communiqué publié le 11 août, qu’il allait  ouvrir une usine d'assemblage de  son modèle de pick-up Ford Ranger au Nigeria.

A partir du 4ème trimestre 2015, le groupe assemblera le Ranger sur un site basé à Ikeja, à 750 km au sud-ouest d’Abuja, dans le cadre d'un partenariat avec son distributeur local Coscharis Motors. L’usine devrait avoir une capacité de 5000 unités par an.

Au Nigeria, le groupe américain écoule environ 4000 véhicules neufs par an, dont environ 60% de pick-up Ford Ranger. «Le Nigeria est un marché prioritaire pour nous en Afrique subsaharienne», a déclaré Jeff Nemeth, directeur Afrique subsaharienne de Ford. «En fonction de l’évolution de nos activités au Nigeria, nous examinerons de servir l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest à partir de notre usine nigériane» a-t-il ajouté.

Ford dispose déjà d’usines en Afrique du Sud, où il  produit environ 85 000 véhicules par an, qui sont commercialisés dans 24 pays africains. L’imposition par le gouvernement nigérian d’une nouvelle taxe de 35 % sur les véhicules neufs importés a poussé les constructeurs automobiles à se bousculer au portillon du ministère de l’Industrie en vue d’ouvrir des usines d’assemblage.

Ainsi, plusieurs constructeurs, dont le français Peugeot, l’allemand Volkswagen, le sud-coréen Kia Motors, le japonais Honda également annoncé ces derniers mois leur intention d’assembler des véhicules au Nigeria.

Agence Ecofin

Pluie battante, rafales de vent... Les périodes de tempête augmentent les risques d'accident sur la route. Nos conseils pour éviter les dangers.

• Chaussée glissante

La pluie réduit l'adhérence. Prudence en particulier sur les routes bordées d'arbres: en automne surtout, les feuilles s'y entassent et rendent la chaussée glissante.

Que faire?
Conduisez avec souplesse: pas de mouvements brusques avec le volant et freinez avec précaution.

Réduisez votre vitesse: 110km/h sur autoroute et 80 sur route, voire moins selon votre appréciation.

Augmentez les distances de sécurité: la distance de freinage est trois fois plus longue que sur sol sec!

 

• Aquaplaning

L'aquaplaning se produit lorsque l'eau s'accumule devant vos pneus, en raison d'une route gorgée d’eau et d'une vitesse excessive. Vous risquez alors de perdre le contrôle de votre véhicule et de déraper.

Que faire?
Evitez les flaques dans la mesure du possible. Roulez dans les traces des véhicules devant vous. Vérifiez de temps en temps dans le rétroviseur que vos pneus laissent une trace. Si ce n'est pas le cas, le véhicule est en aquaplaning. Il ne faut alors pas tourner brusquement, ni freiner. Pour réduire votre vitesse, relâchez l'accélérateur jusqu'à sentir à nouveau la route. Si vraiment, vous devez freiner, faites-le en pompant légèrement. Freinez normalement si vous disposez d'un ABS.

Il est essentiel d’avoir des pneus gonflés correctement et pas trop usés.

 

• Visibilité réduite

Par temps de pluie, votre vision et votre appréciation des distances sont moins bonnes. Davantage encore la nuit. Attention à l'eau projetée par les autres véhicules, notamment lors des dépassements.

Que faire?
Là aussi, veillez à respecter voire à augmenter la distance de sécurité. Ralentissez. Allumez vos feux de croisement, même en cas de pluie faible. Vérifiez le bon fonctionnement de vos feux et de vos essuie-glaces.

 

 • Instabilité du véhicule

Les vents forts compliquent la conduite d'un véhicule, spécialement si vous circulez sur autoroute, près du littoral ou lors des dépassements.

Que faire?
Ralentissez et augmentez la distance de sécurité. Attention aux branchages qui risquent de tomber au sol. Tenez fermement le volant pour garder votre trajectoire. 

Circulez un peu plus à droite pour éviter d'être déporté en croisant un véhicule. Même risque si vous réalisez un dépassement, notamment avec un poids lourd: à la fin du dépassement, préparez-vous à devoir compenser le vent fort en tenant le volant. Remorques et bagages sur le toit sont déconseillés.

Et aussi... 
Préparez votre voyage: informez-vous des conditions météorologiques et de circulation.

Essuyez vos semelles mouillées sur le tapis de la voiture pour éviter à vos pieds de glisser sur les pédales.

 

 

Par Nicolas Rodrigues

AIP- Le ministre du Commerce, de l’Artisanat et de la Promotion des PME, Jean-Louis Billon, en visite de travail à San Pedro, a déclaré aux opérateurs économiques que le coût du transport demeure une entrave à l’activité économique en Côte d’Ivoire parce qu’il est l’un des plus élevés au monde.

Il a fait cette déclaration à l’occasion d’une rencontre d’échanges avec l’ensemble des opérateurs économiques de la région de San Pedro, placée sous le thème de la « Lutte contre la cherté de la vie ».

«Nous avons le secteur de transport le plus cher aujourd’hui en Côte d’Ivoire et dans le dernier classement nous étions parmi les plus chers du monde par tonne transportée. Donc cela a forcément une répercussion sur le coût des marchandises», a déclaré le Ministre Jean-Louis Billon. 

Il a expliqué que c’est pour ces raisons qu’il mène depuis des années une lutte contre les tracasseries routières.

Le ministre Jean-Louis Billon a expliqué à partir de calculs que la tonne au kilomètre transportée aujourd’hui en Côte d’Ivoire est la plus chère du monde, parce que ce que les frais supplémentaires sur les routes viennent s’ajouter aux coûts des marchandises, entraînant une flambée des prix dans les marchés.

Selon le premier responsable du commerce, même si une baisse des tracasseries est constatée sur certains grands axes routiers, des axes secondaires y restent soumis.

Une étude est actuellement en cours, faite par l’école nationale de Statistique et d’autres structures pour évaluer les incidences de ces tracasseries sur l’économie ivoirienne, a-t-on appris.
La porte-parole des commerçants du vivriers de San Pedro, Oué Lou Irié, avait expliqué que le vivrier étant peu cultivé dans la région de San Pedro au profit des cultures pérennes; les commerçants étaient obligés d’aller souvent loin pour en chercher afin d’approvisionner les marchés. 

Mais, à cause des tracasseries routières, a-t-elle souligné, San Pedro reste l’une des régions les plus chères de Côte d’ Ivoire.

jmk/ask

Abidjan - La société Nissan a désigné le footballeur international ivoirien, Yaya Touré, nouvel ambassadeur mondial du groupe, a annoncé un communiqué de l’Africaine de Conseils et de Communication (ACC) dont copie est parvenue à l’AIP, mardi à Abidjan.

"Nissan a annoncé que Yaya Touré, quatre fois Footballeur africain de l'année et vainqueur de la Ligue des Champions de l'UEFA, est devenu son nouvel ambassadeur mondial", a écrit le directeur associé de l’ACC, Fabrice Marrel.

Le milieu de terrain de Manchester City et de Côte d'Ivoire, précise le document, a signé un contrat qui le verra travailler aux côtés des partenaires Nissan de la Ligue des Champions de l'UEFA et de la Coupe d'Afrique des Nations Orange.

Né le 13 mai 1983 à Bouaké, Yaya Touré, milieu relayeur dans le club anglais de Manchester City, participe actuellement, en tant que capitaine des Eléphants de Côte d’Ivoire, aux phases finales de la 29ème Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football qui se déroule en Guinée Equatoriale.

ik/kkp/tm

 

 

 

 

 

 

La grand-messe du secteur a commencé à Paris ce jeudi 2 octobre. Elle durera jusqu'au 19 octobre. Près de 80 modèles y seront dévoilés par 250 marques, dont Toyota, Hyundai, Kia, Renault, et Peugeot, très présents en Afrique. Mais cette année, le Mondial n'accueille aucun constructeur africain.

Tous les deux ans, les passionnés de voiture convergent vers Paris à la Porte de Versailles pour le Mondial de l'automobile, la première manifestation de ce genre, à égalité avec le salon de Francfort. Près de 1,2 million de visiteurs sont attendus pour l'édition 2014. Elle a ouvert jeudi 2 octobre ses portes à la presse et aux professionnels, et accueillera le grand public à partir du samedi 4 octobre et ce jusqu'au dimanche 19 octobre. Les premières journées sont, pour les 250 marques présentes, l'occasion de dévoiler leurs nouveaux modèles. Pas moins de 80 d'entre eux seront exposés au public.

Lors de cette première journée du 2 octobre, les dirigeants des plus grands constructeurs étaient présents dans la capitale française, au premier rang desquels ceux qui y ont leur siège : le franco-brésilien Carlos Ghosn, patron de Renault, et le portugais Carlos Tavares, de PSA Peugeot-Citroën.

Nouveaux modèles

Parmi les marques les plus présentes en Afrique, le japonais Toyota a profité de la manifestation pour dévoiler sa nouvelle petite citadine Yaris 2014 et son compatriote Suzuki a présenté son IV4, un véhicule de loisir (SUV) haut de gamme. Du côté des marques coréennes, Allan Rushforth, le vice-président et directeur des opérations de Hyundai, a lancé à Paris la petite i20, une citadine qui devrait arriver prochainement en Afrique. Quant à sa compagnie sœur Kia, elle a dévoilé sa nouvelle version de la Sorento, un SUV qu'elle espère écouler à 200 000 exemplaires.

Carlos Ghosn a présenté à la presse le nouvel Espace, lancé cette semaine en Europe. Quant à Porsche, la marque de luxe allemande a levé le voile sur le nouveau design de son Cayenne, prisé par l'élite argentée africaine, qui se vendra en France à partir 82 000 euros…

 

 

Optimisme

Lors des présentations à Paris, on notait l'optimisme des équipes de Peugeot et Citroën, qui, après des années commercialement difficiles, et la fermeture de l'usine française d'Aulnay-Sous-Bois fin 2013, affichaient à nouveau de bons résultats, grâce à une gamme largement renouvelée.

"Nos ventes chez Peugeot sont en hausse de 5 % dans le monde, de 12 % en Europe et de 40 % en Chine, notamment grâce aux succès de la 301, et des modèles 2008 et 3008", a indiqué Maxime Picat, directeur de la marque au lion, bien implantée au Maghreb.

Quant à la britannique Linda Jackson, nouvelle directrice général de Citroën, elle a exprimé sa "forte volonté d'internationaliser sa marque", et s'est félicitée de "ventes en hausse de 10 % en Europe et de 19 % en Chine", notamment grâce au bon accueil reçu par la nouvelle petite C1.

Tanger Med

Lors de cette édition du Mondial, ne cherchez toutefois pas les petits constructeurs africains. Le tunisien Wallyscar, fabricant de petites jeeps personnalisées, qui avait fait le déplacement lors des deux dernières éditions, n'a pas monté de stand cette année. Quant au marocain Laraki, concepteur de voitures de luxe également personnalisées, il n'était pas visible à Paris.

 

Seuls véhicules fabriqués en Afrique exposés au Mondial de l'automobile : les nouvelles versions "stepway" (avec une carrosserie renforcée et une descente de véhicule facilitée) des Dacia Dokker et Lodgy, dévoilées à Paris, et tous deux fabriquées à l'usine Tanger Med du groupe Renault.